Ca y est ! Le caddy siège est arrivé !

 

 

 

Je vous explique : je suis atteinte de fibromyalgie, maladie douloureuse et épuisante aux 100 symptômes dont je vous reparlerai un jour.

 

 

 

Un de ces « désagréments » est l’impossibilité à rester debout en position statique. Certes, à certains moments je peux, à d’autres pas du tout, et parfois un certain temps mais pas trop. Avec, à la clé, des actions ou des tâches impossibles, d’autres pour lesquelles il faut s’adapter.

 

 

 

Donc, j’ai décidé de m’adapter. Pour les courses, je peux les faire faire, utiliser la carte priorité aux caisses ou dans les files d’attente. C’est déjà ça, mais pas toujours facile : un peu d’attente aux caisses prioritaires. Il y a des endroits où il est difficile de ne pas rester debout du tout : sur le marché il faut demander, payer même s’il n’y a personne devant vous. Et le marché j’aime. Je ne veux pas abandonner ma promenade domicicale complètement.

 

 

 

Je me suis donc décidée à acheter une poussette de marché. Pas un simple caddy ! Avec siège rétractable. Le grand luxe quoi ! Il est arrivé aujourd’hui.

 

 

 

Là commence LA difficulté. Si, si, vous allez comprendre. Il trône dans l’entrée. Je l’ai déballé, essayé. Bien, solide, pratique et même pas moche. Avec un petit pincement au cœur : oser m’en servir en public. Admettre devant les autres que cette maladie est invalidante. M’exposer aux regards d’incompréhension ou de pitié. Ne plus être comme tout le monde. Et ça j’aime moins.

 

 

Mais il est là pour pallier un peu à mes insuffisances, m’aider dans les gestes quotidiens. Pas pour faire joli dans l’entrée. Je vais l’utiliser.

Ce doit être pire pour ceux qui se déplacent en fauteuil à quatre roues.

Tout de même, j’ai besoin d’apprivoiser l’idée d’utiliser ce fauteuil à temps partiel.

 

 

 

D’ici quelques temps je vous raconterai comment ça c’est passé entre lui et moi. Entre moi et les autres.