Pendant  quelques semaines nous avons été privé  de connexion internet.  Me déplaçant difficilement,  j’utilise l’ordinateur et internet pour les tâches du quotidien (courses, réservation billet train…). J’ai donc dû utiliser un autre ordinateur, dans un environnement non adapté à la fibro. 

Habituellement, tant que la fatigue ne fait  pas un énième retour, je peux utiliser l’ordinateur une heure sans douleurs.  Et là, en 20 minutes à peine, retour en masse des douleurs. Généralement, c’est le retour de la fatigue qui  provoque les douleurs, mais celle-ci était temporairement en sommeil. 

Je veux  dans ce billet témoigner de l’importance capitale de l’ergonomie de nos objets et des « aides techniques » :

Sans clavier réglable et surtout sans repose poignet souple, c’est le retour assuré et immédiat  des douleurs dans le pouce, le poignet, le coude et le haut de bras. 

Sans repose pied deux points très douloureux au-dessus des reins apparaissent et bloquent rapidement la mobilité. Il devient difficile ensuite de bouger, marcher. Quoique peu sollicités,  les genoux et le chevilles deviennent eux-aussi douloureux.

La seule solution : cesser cette activité, mettre le corps au repos et au chaud sous des bouillotes ou une couverture chauffante pendant une heure dans mon cas. Quelle productivité !  

Si  vous êtes   atteints de fibro, pensez à installer votre corps le plus confortablement possible.  J’ai eu la chance jusqu’ici de pouvoir m’offrir un fauteuil, un repose poignet etc., mais je pense à ceux qui sont seuls avec pour unique revenu quelques heures de travail, faute de pouvoir faire plus, ou une pension d’invalidité permettant à peine de survivre. J’espère qu’il leur est possible de pouvoir obtenir des aides financières pour ne pas augmenter les souffrances physiques que nous endurons en tentant de continuer à vivre malgré tout. S’ils ont l’énergie suffisante pour se battre pour cela. 

Et je pense que tous les centres antidouleur qui nous suivent devraient au début de la maladie, ou lorsque celle-ci devient plus invalidante, proposer des entretiens avec un ergonome et un recueil des aides techniques envisageables, parfois très simples, mais auxquelles nous ne pensons pas toujours.